Omegas 3
L’acide α-linolénique (ALA) est un acide gras polyinsaturé de la famille des omégas 3 essentiels que le corps est incapable de synthétizer de lui-même. L’ALA est le précurseur (=composé participant à une reaction qui produit un autre composé) de toutes les familles d’omegas 3 qui existent.
On les retrouve dans les huiles végétales (lin, noix, soja) et dans les huiles de poisson.
Les omégas 3 sont connus pour avoir un rôle bénéfique sur le cerveau et le coeur.
Mais ce type d’acides gras est aussi très utile chez le sportif. En effet, ils aident à l’amélioration des performances ainsi qu’à atténuer la fatigue. Leurs effets anti-inflammatoires permettent de prévenir les problèmes liés aux articulations et aux ligaments. Ils aident aussi à une meilleure oxygénation des muscles.
Les omégas 3 sont un constituant essentiel de la membrane des cellules qui leur assure fluidité et stabilité.

 

 

 

 

Omega 6 
L’acide linoléïque est un acides gras polyinsaturé de la famille des omégas 6 essentiels que le corps ne peut synthétiser par lui-même. Ils permettent aussi l’amélioration des performances ainsi qu’une meilleure récupération. Eux aussi ont un rôle important dans la construction de la membrane de nos cellules et sont impliqués dans le fonctionnement du système immunitaire ainsi que dans le processus de réponse inflammatoire du corps.
Ils sont notamment impliqués dans la formation des cellules de notre peau.
On les retrouve dans presque toutes huiles végétales (lin, colza, olive…).

 

 

 

 

 

Ratio Oméga 3 / Oméga 6

A l’heure actuelle, notre société consomme plus d’acide linoléïque que d’ALA ce qui provoque un déséquilibre dans la ration oméga 6/oméga 3, ce qui à tendance à être délétère pour notre santé. Ces deux acides gras essentiels utilsent les mêmes enzymes de conversation, ce qui entraine une compétition entre eux.
Il est donc important d’apporter les differents types d’oméga de façon équilibrée.

En termes de ratio équilibré, l’huile végétale la plus avantageuse est l’huile de colza.

Un mauvais équilibre entre omega 3 (activité anti-inflammatoire) et omega 6 (activité inflammatoire) peut donc engendrer des risques pulmonaires (asthme, etc.), cardiovasculaires, articulaires ou musculo-tendineux.

Laisser un commentaire